web analytics

Edito Mars

Publié par le 3 Mar, 2014

LE RETOUR D’UN DISCOURS MORAL PAR L’OPPOSITION, UN TOURNANT SOCIAL LIBÉRAL ASSUME PAR LE GOUVERNEMENT … MAIS OU VA-T-ON ?

Profitant de la brèche ouverte par le recul historique de l’Espagne sur le droit à l’IVG, des voix se sont fait entendre à droite et à l’extrême-droite pour remettre en cause ce droit en France, par le biais du déremboursement, par exemple. Ce n’est qu’une attaque supplémentaire complotée par des courants réactionnaires qui pullulent ces temps-ci.

 Ces même voix ont même incité, par le biais d’une campagne immonde, des parents à ne pas envoyer leurs enfants à l’école sous prétexte qu’on enseignerait la « Théorie du genre » (voir article journal mars 2014 N_159).

Que ce soit sur le plan social et sociétal, des voix réactionnaires se permettent, désormais ouvertement et avec de plus en plus d’aplomb, de remettre en cause des acquis qui se sont inscrits dans le progrès social depuis des décennies.

Dans notre secteur, les moyens, pour la rentrée prochaine, sont désormais connus. Dans certains départements, les collègues constatent, qu’après les effets d’annonce, les moyens alloués ne sont pas à la hauteur des enjeux. En conséquence, c’est un véritable ras-le-bol qui s’exprime, le fruit du contraste entre les annonces ministérielles et la réalité. Après plusieurs années de recul en termes d’horaires et de conditions de travail, les moyens nécessaires pour avoir les taux d’encadrement ne sont toujours pas là.  Des collèges de certains départements d’Île-de-France où les conditions de travail sont particulièrement difficiles, ont dû se mettre en grève afin d’obtenir des moyens supplémentaires.

Dans l’académie de Lyon, les moyens pour l’enseignement professionnel, par exemple, sont inquiétants puisqu’il n’y aura aucune création de poste, toutes filières confondues, et ce, dans les 3 départements. Tout cela dans un contexte de conditions de travail particulièrement dégradées depuis plusieurs années.

Le 18 février, à l’appel de notre syndicat, plus de 120 enseignants de 18 lycées professionnels et collèges ont répondu à l’appel du rassemblement devant le Rectorat. La réponse des représentants de la Rectrice ne nous a pas convaincus.

Enfin, la CGT Educ’action soutient la mobilisation des enseignants du centre MGEN de Chanay où des postes sont menacés (voir article journal mars 2014 N_159).

Dans notre secteur, comme ailleurs, il est urgent de faire entendre une autre voix que celle du Medef et des conservateurs de tout poil. C’était l’objet de l’appel d’une journée de mobilisation des 3 principales fédérations le 18 mars.

 

Isabelle VUILLET