web analytics

Edito d’avril

Publié par le 3 Avr, 2018

La manifestation du 22 mars à l’appel de l’intersyndicale de la Fonction Publique a été un succès. Autours de 10 000 personnes à Lyon et 1500 à Bourg en Bresse venues grossir les rangs. Depuis, les mobilisations dans les différents secteurs se multiplient. La grève des cheminot.es est très suivie et a surpris le gouvernement par son ampleur dès le 22 mars et par sa forme. Les salarié.es de Carrefour, d’ Air France viennent grossir les rangs des mécontents. La colère gronde et cela n’a pas échappé aux média, bien sûr et surtout pas au gouvernement qui commence à être fébrile et tente d’éteindre le feu de la contestation notamment des cheminots en promettant des primes aux cadres ou en incluant les jours de repos dans le décompte des jours de grève.

Dans notre secteur, la réforme du lycée fait grincer les dents chez les enseignants, la réforme de l’Université suscite toujours autant d’inquiétude et la mobilisation des étudiant.es commence à se développer partout en France particulièrement après la répression qu’ont connue  certains étudiant.es de Montpellier.

La réforme de la voie professionnelle annoncée dans le rapport Calvez Marcon va impacter considérablement le secteur ; Même si les arbitrages ne sont pas encore rendus, les rencontres avec le Ministre sur ce sujet- là laissent présager de ces choix : développer l’apprentissage, développer les blocs de compétences, professionnaliser la filière…

Un autre mouvement interprofessionnel est prévu le 19 avril avec manifestation à Bourg en Bresse mais d’autres journées dans les différents secteurs viendront s’ajouter comme une journée de la Fonction Publique, probablement début Mai après un 1er mai qui sera très revendicatif.

Il nous faut être prêts et prêtes pour défendre les services publics dans tous les secteurs, défendre un enseignement ouvert à toutes et tous, garant de l’émancipation citoyenne, et plus largement défendre une autre politique que celle de l’austérité, celle du chacun pour soi, celle proposée par les élites pour les élites.

Isabelle Vuillet