web analytics

Edito de janvier

Publié par le 28 Déc, 2016

La mauvaise foi fait loi chez Manuel Valls

En campagne pour la primaire de la gauche,  certains candidats n’hésitent pas à utiliser un brin de mauvaise foi à l’instar de Manuel Valls qui a annoncé lors d’un entretien qu’il « avait conscience des effets pervers du 49.3 » et que « son utilisation était dépassé ». C’est pourtant lui qui, au printemps, faisant fi de la contestation de centaines de milliers de salariés contre la Loi Travail,  n’a pas montré le moindre scrupule à dégainer le  49.3 pour imposer de manière arbitraire ce projet de loi.

Le statut des fonctionnaires se rappelle aux heures sombres de l’Histoire

Pendant ce temps-là, coté LR,  François Fillon s’en prend violemment à la Fonction Publique, aux fonctionnaires et surtout à leur statut. Ce candidat, peu tourné vers  l’histoire sociale du pays, ignore, sans doute, que ce statut de fonctionnaire a été créé afin de ne pas reproduire ce qui a été perpétré lors de la 2ème guerre mondiale, à savoir qu’un pouvoir en place pouvait renvoyer tous les fonctionnaires et mettre en place ceux favorables à ses idées. 

Rappelons à M. Fillon que ce statut est avant tout une garantie de l’indépendance des agents et ce, pour que les citoyens soient traités de manière égalitaire !
Les enseignants pourraient être, eux aussi, une cible privilégiée durant la campagne pour 2017. Gérard Longuet, un proche de François Fillon, a établi dans un rapport que les enseignants accumulent les heures supplémentaires ce qui s’avère extrêmement couteux. La solution prônée par M. Longuet est d’ajouter aux enseignants 2h supplémentaires hebdomadaires de temps de travail : moins d’heures supplémentaires à payer, et par conséquent de nombreuses suppressions de postes, voilà qui représenterait des économies drastiques.

Toujours dans notre secteur, il est à noter que la mobilisation des lycées d’éducation prioritaire des académies de Versailles, Créteil, Paris (depuis le mois de septembre) rejoints depuis par les établissements des académies d’Amiens, Lille, Lyon, Marseille a permis d’obtenir des avancées  ( prorogation de deux ans « de la clause de sauvegarde », création de 450 emplois destinés aux lycées d’éducation prioritaire…).Pourtant, il n’y a toujours pas eu de discussion sur la construction d’une nouvelle carte commencent, sur la base d’un périmètre élargi, en partant des besoins du terrain. C’est pourquoi, la CGT Educ’action a décidé de ne pas relâcher la pression et appelle de nouveau à une journée d’action le 03  janvier

Pas touche à ma sécu !

Sur son site, le candidat Fillon avait dans un premier temps mis en cause le système de la Sécurité Sociale et proposé de « désétatiser notre système de santé ». L’équipe de campagne du candidat a fait retirer cette proposition après les résultats d’un  sondage montrant que les français restent très attachés à notre système  et que près de 77 % d’entre eux déclarent que les propositions sur le système de santé vont constituer un critère déterminant de leur vote lors de l’élection présidentielle. Cet attachement à «  la Sécu » explique, sans aucun doute, le succès du film documentaire « La Sociale » de Gille Perret (à noter que le film jouera encore dans quelques communes de notre département pendant tout le mois de janvier). Ce film documentaire démontre que tout le  discours idéologique tournant, autours du « trou de la Sécu »  et dont on nous bassine les oreilles depuis trente ans, n’est qu’une vue de l’esprit !

Le succès de ce genre de film est encourageant et montre que la solidarité n’est pas une notion ringarde comme on voudrait nous le faire croire. Au contraire ! C’est l’individualisme qui se révèle coûteux et inefficace pour la grande majorité de la société. Parce que c’est un combat auquel elle est attachée depuis toujours, la CGT en 2017 continuera à défendre cette solidarité entre tous.

Isabelle Vuillet