web analytics

Edito de mars

Publié par le 13 Mar, 2015

Le gouvernement s’est illustré sur le plan politique en faisant adopter par le 49-3, la loi Macron. La CGT, par des tracts explicatifs avaient dénoncé cette loi qui était avant tout anti-sociale et qui représentait une régression pour les salariés.

Sur le terrain, dans les entreprises, bon nombre de salariés se sentent pris en otage d’un patronat qui leur demande toujours plus : plus de flexibilité, plus de rendement…Pourtant, les salariés, face à cette offensive, ne s’avouent pas vaincus pour autant. Dans notre département, par exemple, plusieurs luttes se sont engagées comme à Renault Trucks à Bourg en Bresse ou à Eurocast à Heyrieux.

 

L’austérité s’installe à tous les étages, alors que dans les média, les économistes libéraux se succèdent et tentent de minimiser cette politique infligée aux salariés en expliquant que, comparés à l’Espagne et à la Grèce, les sacrifices demandés aux français sont encore raisonnables. Les salariés français apprécieront…

Dans notre secteur, la grogne est bien présente, même si elle se fait sentir sur plusieurs fronts :

  • Dans le 1er degré, le dispositif de Magistère a montré ses limites et suscite l’inquiétude chez bon nombre de collègues. Une intersyndicale départementale ( 5 organisations présentes) a eu lieu sur ce sujet et pourrait aboutir à une pétition
  • Dans l’enseignement professionnel, les dotations horaires ont été affectées et montrent à quel point le gouvernement a choisi de privilégier l’apprentissage au dépend de la formation initiale.
  • Pour le 2nd degré, la Ministre a dévoilé la réforme pour le collège qui entrera en vigueur en 2016. On le sait, le collège est le maillon faible de notre système éducatif accentuant les inégalités sociales et scolaires. Il faudra bien plus que des effets d’annonce pour changer la donne. La CGT Educ’action a rédigé un communiqué sur ce projet de loi dans lequel elle exprime toutes ses réticences face à certains aspects.

Austérité, déni de démocratie, réduction des droits sociaux…Le gouvernement Valls a, de toute évidence, choisi son camp et ce n’est pas celui des salariés ! L’urgence est évidemment à la mobilisation massive pour stopper cette politique. C’est le sens donné à la journée unitaire et interprofessionnelle du 09 AVRIL. La CGT se félicite que cette journée soit unitaire et que l’ensemble des salariés soient appelés à faire grève et à manifester afin d’exiger du gouvernement et du patronat de réelles réponses à leurs inquiétudes.

Après des disfonctionnement internes qui l’ont freinée dans ses activités militantes, la CGT est donc en ordre de marche sur la scène sociale. Tous les militants et militantes seront sur le terrain à la rencontre des personnels afin que cette journée soit une réussite et en appelle d’autres.

Il n’y a aucune raison que la voie prise par ce gouvernement et les précédents soit la seule voie possible.

Isabelle Vuillet