web analytics

Edito de novembre

Publié par le 2 Nov, 2017

Au fil  des mois, les masques tombent pour ce gouvernement qui ne cache plus désormais sa volonté de mener une politique libérale sans aucun état d’âme.   Avec les ordonnances,  il a annoncé la couleur:  précariser les salarié.es au maximum, diminuer la masse salariale de partout. Les luttes des salariés contre cette « Blietzkrieg antisociale »  s’organisent dans tous les secteurs.

La journée du 10 octobre, appelée par les fédérations de la Fonction Publique,  a été un succès et, une fois n’est pas coutume, notre secteur n’a pas été en reste. Environ 1000 agents ont défilé dans les rues de Bourg.

Les enseignant.es sont venu.es garnir les manifestations de manière significative et le taux de grévistes n’était pas négligeable. Certaines écoles étaient, d’ailleurs, complètement fermées.

Les raisons étaient multiples: outre les raisons similaires à toute la Fonction publique comme le gel du point d’indice, la hausse de la CSG…, la situation des enseignants n’est pas au beau fixe entrainant un profond malaise.

Les mesures, annoncées par le Ministre ne vont certainement pas dans le sens que nous revendiquons: développement de l’apprentissage dans la voie professionnelle en mettant en avant la flexibilité des parcours, évaluations nationales en CP , évaluations avec valeur ajoutée en 6ème et 3ème entrainant une mise en concurrence entre établissements, réforme du baccalauréat avec système de prérequis qui met en place, insidieusement, une sélection des bachelier.ères…

Toutes ces mesures ne seront appliquées que si la riposte des salarié.es de l’Education Nationale est insuffisante.

Les mobilisations précédentes n’ont pas été assez fortes pour faire plier un gouvernement qui veut en découdre avec ce qu’il appelle « un vieux système ». Pourtant, certaines journées de mobilisations ont été d’ampleur: le 12 septembre contre la Loi Travail, le 10 octobre dans la Fonction Publique.

Chaque manifestation réussie, malgré ce qu’il veut bien en dire, est un coup pour ce gouvernement qui a, malgré tout,  un socle de sympathisant.es très fragile.

Nos fédérations ont acté des journées d’action en novembre.

Dans notre département, à l’appel de FO, FSU et CGT Educ’action, un rassemblement aura lieu pour défendre le maintien de tous les contrats aidés le 16 novembre à 15H devant la préfecture de Bourg en Bresse. Lire le tract intersyndical

Alors, n’hésitons plus. Inscrivons nous dans ces nouvelles journées de mobilisation!

 

Isabelle Vuillet