web analytics

Edito de novembre

Publié par le 2 Nov, 2016

Durant la campagne électorale, les fonctionnaires pourraient bien devenir une des cibles privilégiées de certains candidats à l’instar de Nicolas Sarkozy qui a montré à quel point il méprisait et méconnaissait le travail des enseignants. Selon lui, les enseignants ne travailleraient que 6 mois dans l’année et seulement 18H par semaine…Tout y est passé pour démontrer à quel point il est urgent d’augmenter leur temps de travail. Quand ils ne concentrent pas leurs arguments autour du « tout sécuritaire », certains candidats n’hésitent pas à tomber dans l’outrance de « l’anti fonctionnaire primaire » en annonçant, dans leur programme, la suppression de milliers de postes de fonctionnaires menaçant ouvertement les services publics.

Pensant séduire une partie d’un électorat réactionnaire, certains hommes politiques évitent, en brandissant cette carte-là,  d’évoquer, ce qui, pourtant, inquiète en priorité les français à savoir l’emploi.

Si depuis quelques mois, on nous agite quelques indicateurs de frémissement, notamment pour l’emploi des cadres, il n’en reste pas moins que les plans sociaux, les dégraissages, fermetures d’entreprises se poursuivent allègrement comme en témoignaient mi-octobre les informations sur PSA ou encore l’annonce du plan à Alstom.

Dans notre secteur, la montée de violence que connaissent certains établissements scolaires est inquiétante. L’agression très violente fin octobre en direction des personnels de direction du lycée ENNA de Saint-Denis en est une illustration. Les personnels ont exercé leur droit de retrait et la CGT Educ’action a envoyé un courrier à la Ministre en exigeant la mise en place de mesure d’urgence pour le service public d’éducation en Seine St Denis. La mobilisation des personnels des lycées, pour leur classement en éducation prioritaire est plus que d’actualité : l’éducation des jeunes, quelques soit leur origine sociale est un enjeu majeur pour la société de demain.

Alors que les enseignants de l’enseignement professionnel voit leur statut sur la sellette dans un rapport de pure promotion de l’apprentissage, une intersyndicale a envoyé une lettre à la Ministre afin que les enseignants qui exercent en LP puissent bénéficier, eux aussi, des mêmes conditions de pondération que leurs collègues de la voie générale et technologique.

Le mois de novembre est aussi le mois pour le mouvement inter. Le mouvement inter est toujours un moment important de l’année surtout pour les stagiaires. Le droit à la mobilité, mis en avant par les gouvernements successifs n’est qu’un leurre puisque la pénurie de postes dans l’Education Nationale ne permet pas à tous les personnels de l’Education d’obtenir l’académie qu’ils souhaitent. Nous passerons dans de nombreux établissements du département, nous tiendrons des permanences à l’ESPE de Lyon. Une permanence pour les mutations se tiendra à Bourg en Bresse le mercredi 23 novembre de 13.30 à 16.30 à la Maison des syndicats.  N’hésitez pas à nous contacter pour toute demande de renseignements

   Isabelle Vuillet