web analytics

Edito du 1er février 2015

Publié par le 1 Fév, 2015

L’année 2015 a démarré bien tristement avec cet acte d’une rare violence qui visait directement des journalistes de Charlie Hebdo. Bien sûr au-delà du caractère fort sympathique de ces journalistes, c’est la liberté d’expression qui a été touchée en plein cœur. La CGT a une pensée toute particulière pour Charb dont les dessins ont si souvent illustré la presse de notre syndicat avec un don particulier pour dénoncer avec humour et une grande humanité les problématiques des salariés. Obscurantisme et extrémisme religieux sont un véritable fléau depuis plusieurs années et sont, malheureusement, parfois,perçus comme une solution pour des individus à la dérive et en manque total de repères.

Pour pallier à une crise sociale majeure, l’Ecole, l’Instruction et la culture doivent avoir un rôle à jouer. Malheureusement, l’Ecole ne joue plus son rôle d’ascenseur social depuis des années et n’offre plus aux classes populaires la perspective d’une promotion sociale pour les générations futures. Ceci, doit, aux professionnels de l’Education que nous sommes, nous poser question.  Si l’Ecole ne changera pas la société, elle peut contribuer au mieux vivre ensemble. Pour cela, nous ne devons pas tomber dans une dérive répressive et punitive, encouragée par l’Institution, en dénonçant à la justice des élèves qui auraient, par exemple, refuser de faire la minute de silence. Les propos provocateurs de certains jeunes ou enfants nécessitent davantage d’échanges, de confrontations et d’explications : c’est là notre rôle d’éducateur.

Pendant plusieurs semaines, des collègues, avec parfois des parents d’élèves, se sont mobilisés pour le maintien de leur établissement dans le réseau prioritaire. La CGT Educ’action a soutenu ces luttes avec la revendication du maintien de tous les établissements classés ZEP dans le nouveau dispositif REP ou REP. Dans notre département, 5 établissements sortent du réseau, 2 y rentrent et 2 entrent en REP+. Le compte n’y est donc pas!! C’est en donnant de vrais moyens à ces établissements scolaires que le phénomène de ghettoïsation pourra disparaître et offrir aux élèves de certains quartiers de réelles perspectives d’avenir.

Au niveau interprofessionnel, la Loi Macron, sous prétexte de faciliter l’embauche dans les entreprises, représente un recul social sans précédent et une déréglementation du code du travail. Les militants de la CGT sont allés au – devant des salariés afin d’expliquer les raisons pour lesquelles nous n’avons pas pu valider une telle loi. Dans notre département, l’accueil fut bon et chaleureux avec une interrogation et de réelles inquiétudes quant à la traduction de cette loi dans les entreprises mais aussi dans la vie quotidienne des français puisque certains aspects concernent, par exemple, la problématique  du transport.

Nous continuons à penser que, pour lutter contre cette crise qui n’en finit pas, le gouvernement ne choisit, décidément pas, la bonne voie et s’obstine à poursuivre cette politique de l’Austérité qui a prouvé non seulement son inefficacité mais aussi ses effets dévastateurs sur le plan social.

Isabelle Vuillet