web analytics

Edito du 24 novembre

Publié par le 22 Nov, 2014

Gouvernement VALLS : un renoncement définitif et affirmé à une politique de progrès social

 

Si les organisations syndicales de la Fonction publique sont en campagne électorale, le Medef aussi !! Et il ne se gène pas pour faire des annonces et propositions toutes les plus anti sociales les unes que les autres. C’est maintenant au CDI et à la démocratie sociale qu’il a décidé de s’attaquer. Il peut s’enorgueillir d’avoir le vent en poupe auprès d’un gouvernement qui ne sait plus comment gérer la crise.

Outre cette politique d’austérité, le gouvernement Valls fait désormais dans la répression : en effet,  la manifestation contre le barrage de SIVENS a été violemment réprimé et a conduit à la mort de Rémi Fraisse dans la nuit du 25 au 26 octobre. Depuis l’autopsie, la colère se dirige contre l’Etat. Le problème n’est pas de savoir si le barrage est bien ou non, si les opposants sont des écolos rêveurs ou bobos… Il s’agit bien ici d’un mensonge d’Etat, avec la complicité des plus hauts responsables de la république. Des manifestations pour dénoncer ces violences policières sont encore organisées. La CGT Educ’action et plusieurs de ces composantes soutiennent ces manifestations Voir notre communiqué

En Europe, l’ impasse de la politique d’austérité génère des mobilisations importantes comme en En Angleterre, ce sont près de 100 000 manifestants qui ont défilé dans les rues pour protester contre l’austérité. Ou encore en Belgique, le 06 novembre,  où 120 000 et 130  000 personnes francophones et néerlandophones, (une véritable marée humaine selon les média), sont venues crier leur colère contre les mesures d’austérité dévoilées début octobre par le premier ministre libéral Charles Michel.  En Italie, c’est plus d’un million de personnes qui ont manifesté à Rome contre la réforme de Mattéo Renzi, réforme appelée « jobs Act » qui généralise la précarité et veut supprimer les lois protégeant des licenciements abusifs.

Dans notre secteur, il faut noter la mobilisation du corps enseignant, toutes catégories confondues, dans l’académie de Créteil qui a été particulièrement bien suivie. En effet, dans cette académie, et en particulier en seine St Denis, la situation est particulièrement  tendue. Ce sentiment s’est accentué, avec, les annonces dans un premier temps, puis les décrets, concernant l’éducation prioritaire. Certaines écoles et établissements sortent du dispositif sans réelles justification. La CGT Éduc’action s’interroge sur l’opacité des critères de sélection et nous n’avons aucune assurance sur l’équité qui a guidé la répartition annoncée. Nous demandons que l’indice social utilisé par le ministère soit rendu public. Au-delà de cela, la CGT educ’action revendique des mesures d’urgence pour l’Education prioritaire Voir notre tract

L’apprentissage continue d’être le fer de lance du gouvernement et cette fois, il s’en sert pour casser le statut des personnels PLP. Voir notre communiqué

Dans un contexte social et politique difficile, La CGT Educ’action doit réaffirmer que l’engagement syndical est indispensable pour s’opposer aux politiques d’austérité menées par le gouvernement. La CGT Educ’action, après avoir recueilli 6,5 % des suffrages exprimés lors des élections professionnelles de 2011, fait partie des six organisations représentatives du ministère de l’Éducation nationale. Nous espérons être encore plus nombreux cette fois car c’est du poids du syndicalisme de lutte CGT que dépendent aussi nos acquis professionnels, nos augmentations salariales, nos conditions de travail, les réformes du service public d’éducation.

Isabelle Vuillet