web analytics

Edito du mois de novembre

Publié par le 28 Oct, 2015

Sur un an, le nombre de demandeurs d’emploi en France a augmenté de 306 300 pour atteindre 5 781,7 millions. Malgré une baisse du nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A de 23 800 en septembre 2015, les chiffres du chômage montrent une nette croissance des catégories B et C soit une montée de la précarité.  Pourtant, le gouvernement a choisi de continuer dans la voie qui nous a conduits à ces résultats avec  des exonérations qui deviennent légions et les politiques d’aides sans conditions ni contrôle dont bénéficient les plus grandes entreprises au détriment d’abord des salariés concernés mais aussi des entreprises les plus fragiles, les TPE. Pour se dédouaner, le Medef s’en prend, alors, ouvertement au code du travail jugé « trop lourd, trop contraignant » supporté en ce sens par le rapport Combrexelle, ( 134 pages). Nul doute que nos dirigeants s’appuieront volontiers sur ce rapport pour légiférer sur le code du travail et durcir davantage les conditions des salariés.

 

Conflit Air France

Dans ce contexte social très lourd, les luttes, et surtout les salariés en lutte, n’ont  pas bonne presse ces derniers temps à l’instar du traitement médiatique partial  du conflit à Air France. Six salariés d’Air France ont d’ailleurs été interpellés chez eux à 6H du matin et placés en garde à vue comme des malfrats. Nos gouvernants n’ont de toute évidence pas la même considération envers  la violence infligée à deux DRH de la compagnie et la violence humaine infligée à des milliers de salariés à qui on tente de faire passer, avec le plus grand mépris et une arrogance à toute épreuve, un troisième plan  social décidé dans l’intimité d’un salon feutré d’un conseil d’administration . Une pétition lancée par la CGT pour exiger la protection des 5 d’Air France a récolté déjà 32500 signatures et une manifestation nationale le 22 octobre a réuni 5 000 manifestants. Vous pouvez  signer cette pétiton en cliquant ici

Mobilisations locales

Plusieurs mobilisations locales sont aussi présentes dans notre département : notons celle des postiers de Bourg en Bresse qui, après maintes réorganisations des tournées engendrant une dégradation de leur condition de travail, ont obtenu satisfaction et des avancées significatives  après 3 jours de grève. Les mobilisations pour lutter contre la discrimination syndicale ont été une réussite : mobilisation réussie le 23 septembre pour soutenir notre camarade CGT déléguée syndicale dans une Maison de repos à Bourg en Bresse et qui avait été molestée physiquement par la direction de son établissement. Mobilisation réussie aussi à Annecy pour soutenir une inspectrice du travail qui avait épinglé l’usine Téfal sur des accidents du travail.

Accord PPCR

Dans la Fonction Publique c’est l’accord PPCR qui a été l’actualité de ce mois d’octobre. Cet accord PPCR (Parcours Professionnels Carrières Rémunérations) a été présenté comme la seule solution pour augmenter nos salaires alors que le point d’indice est gelé depuis 5 ans et il ne permet même pas de retrouver la situation salariale de 2000.

Pour la CGT, la seule réforme salariale juste et équitable, c’est la hausse du point d’indice et le rattrapage immédiat de nos salaires avec une augmentation uniforme des salaires de 400 euros.

La CGT Educ’action réaffirme son attachement à une fonction publique de carrière et refuse toute mesure qui tendrait à la transformer en fonction publique d’emploi, notamment par la mise en place de grades à accès fonctionnel (GRAF).

Education Nationale

Dans notre secteur, c’est la réforme du collège qui continue de cristalliser le mécontentement des collègues. Après la manifestation nationale à Paris qui a été une réussite, nul doute que la mobilisation doit encore s’amplifier

La CGT Educ’action a déposé un préavis de grève visant à couvrir les personnels d’enseignement (enseignants, CPE, COPSY) des établissements du second degré qui souhaiteraient protester contre l’organisation académique de formations à la réforme des collèges ( voir les dates des préavis en cliquant ici)

Après la grève du 8 octobre qui a été une occasion de porter nos revendications salariales et notre conception du service public d’éducation auprès de tous les personnels, la CGT construira dans l’unité et le rassemblement avec les personnels, les mobilisations nécessaires afin de pousser nos dirigeants vers une autre orientation politique et sociale.