web analytics

Edito juin

Publié par le 6 Juin, 2015

La mobilisation du 19 mai contre la réforme du collège a été une réussite et à la hauteur des enjeux. Des centaines de milliers d’enseignants ont suivi le mot d’ordre de grève et rejoint les nombreuses manifestations organisées dans toute la France. Pourtant, le gouvernement est resté sourd à cette mobilisation et comble du mépris, dès le lendemain, il publiait son projet de loi au journal officiel répondant ainsi à l’inquiétude des enseignants par la provocation.L’intersyndicale nationale a décidé de ne pas baisser les bras en actant une nouvelle journée de grève et manifestation le 11 juin.Au niveau départemental, une intersyndicale Snes, FO et  CGT ont décidé d’une manifestation à Bourg en Bresse départ 14h au champ de foire. De plus, afin de réunir et d’échanger avec les personnels grévistes, l’intersyndicale de l’Ain a souhaité qu’une AG soit organisée à 11.30 à la maison des syndicats à Bourg en Bresse Lire le communiqué de  l’intersyndicale de l’AinIl nous faudra, sans doute , encore plus qu’une journée de mobilisation comme celle  du 19 mai pour faire plier le gouvernement afin de lui faire comprendre que nous ne sommes pas dupes de son discours égalitariste qui accompagne sa réforme. Non, cette réforme n’est certainement le moyen de parvenir à un collège pour tous qui verrait enfin la fin de l’échec scolaire surtout pour les enfants les plus défavorisés.

Coté interprofessionnel c’est l’entreprise de Renault Trucks qui attire l’attention d’abord avec le soulagement pour plusieurs  militants CGT qui étaient sous le coup d’une menace de licenciement. En effet, ils avaient, lors d’un reportage de Canal Plus sur le Lean Manufacturing,  expliqué à la journaliste comment cette nouvelle méthode de travail pouvait affecter les salariés. Devant le soutien de toute la CGT, la direction a renoncé à ces licenciements. Le soulagement s’accompagne malheureusement d’une grande inquiétude pour les salariés puisque la direction a annoncé la suppression de 591 postes essentiellement administratifs dont la plupart se situeraient dans le Rhône. Pourtant la situation financière de Renault s’est largement améliorée puisque l’entreprise affiche, même désormais, des bénéfices significatifs. Rappelons que la CGT avait calculé qu’entre 2001 et 2013, l’entreprise sur près de 11 milliards d’euros de bénéfices, 83 % avaient été distribués aux actionnaires de Volvo sous forme de dividendes. Alors, quand on nous parle du coût du travail, nous avons encore une fois de quoi argumenter sur le coût du capital !!

Isabelle Vuillet