web analytics

La CGT Educ’action 01 vous souhaite à toutes et tous une bonne année

Publié par le 4 Jan, 2019

Le mois de décembre a été marqué par une colère sociale qui a ébranlé tous les arcanes du pouvoir. Notre département ne fut pas épargné par cette grogne et Bourg en Bresse fut même le théâtre d’affrontements violents le 1er décembre.

Certain.es militant.es de la CGT ont pris part à la mobilisation des « gilets jaunes ». Alors que la revendication de départ était la suppression de la Taxe Carbone, les demandes se sont progressivement tournées vers les problèmes de pouvoir d’achat et de justice sociale. Même si la CGT ne partage pas les mêmes valeurs que certain.es « gilets jaunes », comme sur les migrants par exemple, nous avons, néanmoins, soutenu ces salarié.es souvent précaires, comptant de nombreuses femmes et qui se sont senti.es humilé.es parfois par les propos méprisants qu’a pu prononcer Emmanuel Macron.

Le peu d’avancées octroyées n’ont, en tout cas, pas ébranlé le patronat à qui l’on ne demande guère de mettre la main à la poche. A nous de convaincre que le pouvoir d’achat se gagnera dans les entreprises avec de réelles augmentations de salaires.

Les lycéen.es n’étaient pas en reste pour manifester durant ce mois de décembre. Que ce soit au lycée Quinet de Bourg en Bresse, aux lycées d’Oyonnax, d’Ambérieu ou de Nantua, les jeunes voulaient exprimer leur refus pour les réformes du lycée général et professionnel, leur refus pour un tri social. La CGT Educ’action a déposé des préavis tout au long de cette période tumultueuse et encourager les collègues partout où c’était possible à organiser des assemblées générales et/ou rejoindre les manifestations lycéennes : leurs revendications étaient aussi les nôtres.

Nous ne pouvons prédire si le mois de janvier sera aussi tumultueux que le mois de décembre mais, dans le secteur de l’Éducation, des journées se profilent pour contrer ces réformes et aucune forme de mobilisation n’est à exclure.

La CGT Educ’action donnera rendez vous à tou.tes les collègues qui veulent une autre politique pour eux, pour elles et pour toute la jeunesse !

Isabelle Vuillet