web analytics

NON à la destruction du code du travail et à la mise en danger des personnes!

Publié par le 25 Mar, 2020

Les ordonnances du conseil des ministres réuni mercredi 25 mars mettent en place des déréglementations majeures du droit du travail (temps de travail, congés, prise des RTT, compte épargne temps…). Au lieu de garantir la protection et la santé de tou.tes les travailleur.ses en listant l’ensemble des activités de répondant pas à des besoins essentiels pour la population, le pouvoir exécutif procède à une remise en cause inacceptable, injustifiée et sans précédent du droit du travail.

Dans l’Education Nationale le maintien du lien avec les familles s’accompagne du creusement des inégalités entre elles et de difficultés à s’organiser pour le travail des enfants à la maison. Sans mesure de protection assortie du matériel adéquat, les personnels restant sur leurs lieux de travail et/ou accueillant des enfants de personnels soignants sont mis en danger. Des demandes croissantes contreviennent au principe de confinement. L’urgence n’est pas dans l’avancement du programme, qu’il est impossible de tenir dans ces conditions, mais dans le maintien pour tou.tes les élèves d’un lien avec les apprentissages, dans le respect de la protection des personnes.

Bref: la lutte continue! Les rassemblements sont interdits, pas l’activisme. En attendant de retrouver la rue, entretenons les liens avec nos proches comme les liens militants; entretenons ou créons du collectif dans notre voisinage immédiat; créons un raz-de-marée de solidarités (en respectant bien sûr le confinement), veillons sur nos voisin.es (tours de course pour les plus fragiles, information des victimes potentielles d’un isolement social encore plus prononcé) et profitons du DROIT D’EXPRESSION que nous avons encore!

  • Banderoles revendicatives aux fenêtres: envoyez-nous les photos!
  • Réunions publiques: un toit, un balcon, une terrasse, un jardin ou une fenêtre suffisent. Un porte-voix se confectionne facilement si nécessaire. Se marie facilement avec un apéro de balcon à balcon.
  • Applaudissons! Le personnel soignant.es mais aussi les ouvrier.es essentiel.les au fonctionnement du pays, les éboueur.ses, les caissier.es, les personnels des entreprises de l’énergie, les pompier.es… et tous les gens forcés de continuer à travailler par une société capitaliste qui se moque de leur vie et de leur sécurité. Huons en revanche pour dénoncer les moyens toujours insuffisants pour l’hôpital public.
  • Flashmobs à la brésilienne ou l’italienne: cortège de balcons, allumage-éteignage de fenêtre synchronisées. Requiert un minimum de coordination avec les voisin.es.
AGENDA DE LA SEMAINE
  • Du 1er au 31 mars: Festival Amnesty International au cinéma pour les droits humains (films en ligne ici).
  • Mardi 24 mars à 18h: soirée débat ATTAC avec Aurélie Trouvé et Christophe Aguiton – en direct sur la page facebook de l’asso. Le replay ici.
  • Jeudi 26 mars à 18h: soirée débat ATTAC avec Maxime Combes et Geneviève Azam. « Le jour d’après? Effondrements et révolution écologique, sociale et culturelle » – en direct sur la page facebook de l’asso.
  • Tous les soirs à 19h: coronapéros sur les toits / balcons / terrasses. Invite tes voisin-es ou commence tout-e seul-e!
  • Tous les soirs à 19h59 et 55 secondes: projection de la vidéo militante en lien ici (rien à voir avec la CGT) sur n’importe quel mur en face de chez soi pour les personnes disposant d’un vidéo projecteur.
  • Tous les soirs à 20h: « du fric, du fric pour l’hôpital public! » – Applaudissements et casserolades en soutien au personnel hospitalien / caissier-es / pompier-es / instits volontaires / ouvrier-es / éboueur-ses etc. Huer pour dénoncer le manque de moyens de l’hôpital public.